Voici le blog pédagogique de M. Cros.
Vous y trouverez des infos sur l'Antiquité et des pistes pour le latin.

dimanche 30 octobre 2011

La Marche de l'Histoire : Rome et les Barbares

L'émission de Jean Lebrun nous fait explorer l'histoire pendant 30 minutes...

jeudi 15 septembre 2011 :
Rome et les Barbares

avec Giusto Traina, historien et professeur d'histoire romaine à l'université Paris Sorbonne-Paris IV.

voir la fiche sur cette émission.

pour écouter l'émission.

Découverte d'un bateau antique à Ostie

Un navire romain vieux de 2000 ans a été mis au jour, au milieu d'une plaine près du port antique de Rome, par des archéologues italiens.
Le navire en bois a été trouvé à une profondeur de 4 mètres lors de travaux de réparation sur un pont qui relie la ville moderne d'Ostie à Fiumicino, où l'aéroport principal de Rome est situé.
Avec 11 mètres de longueur, ce navire est la plus important jamais trouvé près des ruines d'Ostia Antica, une ville portuaire près de l'embouchure du Tibre qui rivalisait avec Pompéi. Pour l'heure, seul le côté droit du navire est visible. Des vestiges de cordes, utilisés par les marins romains, commencent à émerger.
"La proue et la poupe sont encore manquantes. Mais, de la façon dont le navire est construit, nous pouvons le dater de l'époque impériale, " explique Anna Maria Moretti, directrice archéologique de Rome et Ostie.

article sur "Découvertes archéologiques"...

mercredi 26 octobre 2011

La Marche de l'Histoire : Pompéi, capitale de l'archéologie

L'émission de Jean Lebrun nous fait explorer l'histoire pendant 30 minutes...

mercredi 5 octobre 2011 :
Pompéi, capitale de l'archéologie

avec Claude Aziza,
Maître de conférence honoraire de langue et littérature latines à la Sorbonne Nouvelle.

voir la fiche sur cette émission.

pour écouter l'émission.

lundi 24 octobre 2011

La Mort de Néron

C'est la ville de Rome qui parle en évoquant sa grandeur passée...

Sur le vieil Esquilin, l'immense Maison dorée de Néron dévore mes collines, et l'étendue de ses dépendances paraît former en moi une seconde Rome, avec ses champs de blé, ses vignobles, ses pâturages, ses forêts peuplées de troupeaux et d'animaux sauvages de toute espèce, ses pavillons de luxe. Sentant la fin de son règne venir, Néron est rentré précipitamment de Naples. Un moment il peut se croire invincible : il aperçoit, sur le chemin du retour, au flanc d'un monument, une sculpture qui représente un soldat gaulois, terrassé par un chevalier romain, traîné par les cheveux. Pourtant, au matin, il se rend compte que tous l'ont quitté, emportant de la vaisselle, des étoffes, des bijoux. L'empereur esseulé pleure en griffant sa tunique de ses longs ongles peints, au pied de sa propre statue. Puis il erre le long des péristyles sans fin désertés par la garde impériale et dans la salle des banquets, qui tourne sans relâche sur son axe comme une terre plate, sous la fresque voûtée du Zodiaque qui déroule l'écheveau maintenant monotone des jours et des nuits. Il s'allonge sur un lit moelleux, pour une dernière fois, et rêve qu'il s'empiffre, aux commandes des mouvements du monde. À l'aube, il doit s'enfuir, au son de verre brisé des chevaux des tueurs, sur les pavés de la via Nomentana, se réfugie chez un ancien esclave, trépigne, pleurniche, tempête, sanglote, demande qu'au moins on trouve pour sa tombe quelques morceaux de marbre, se lamente à l'idée de voir disparaître un artiste aussi admirable que lui ; et pour finir il doit se faire aider pour plonger dans sa gorge le poignard aiguisé d'une mort honorable. Bientôt, sur le sol craquelé du grand lac asséché de la Maison dorée, Vespasien, désireux de poser à l'ami du bon peuple, ordonnera la construction d'un grand amphithéâtre dont il ne verra jamais l'inauguration ; et les plafonds d'ivoire, les portiques nacrés et les colonnes d'or de la ville de Néron s'enfoncent dans l'oubli. Bientôt, les éléphants de l'armée d'Hadrien soulèvent la statue colossale de l'empereur déchu, la transportent devant le temple de la Ville, où l'on décide qu'elle représentera, désormais, Apollon. Quant au cadavre de Néron, on l'a brûlé.

Stéphane AUDEGUY, Rom@, Gallimard, 2011

En perdre son latin


Si vous voulez savoir l'origine de cette expression, cliquez ici.

mardi 18 octobre 2011

Pompéi au Musée Maillol

Un article de Sciences et Avenir de septembre 2011

cliquez sur l'image pour le lire...

dimanche 16 octobre 2011

Pompéi en kiosque

Pompéi est à la une en ce moment...
Signalons :

le numéro hors-série du Figaro

le dernier numéro d'Historia avec un dossier important sur Pompéi

mercredi 5 octobre 2011

Sur les traces de l'Empire romain en Occident

L'Internaute Magazine nous propose une visite en images dans tout l'Empire romain.

Effondrements à Pompéi

Un article de Claude AZIZA dans le magazine L'Histoire de février 2011.

voir aussi cet article sur Magister Optimus, ainsi que celui-ci vers Le Salon noir...

mardi 4 octobre 2011

Pompéi au musée Maillol

Si les monuments publics de l’Empire romain, théâtres, amphithéâtres, thermes, temples, sont nombreux et souvent en bon état de conservation, les résidences privées, en dehors de celles retrouvées ensevelies par le Vésuve en l’an 79 en Campanie sont très rares, et jamais retrouvées ailleurs dans leur intégrité. Ces maisons et villas continuent à nous émerveiller par leur état de conservation.

Leurs infrastructures, l’eau courante, la distribution de la chaleur, le tout-à l’égout, l’intégration des espaces verts jusqu’aux formes des objets quotidiens, sont d’une modernité spectaculaire.

Une domus pompeiana, une maison pompéienne, est évoquée dans ses pièces les plus célèbres et traditionnelles: l’atrium, le triclinium et la culina, le péristyle autour du jardin, le balneum, le venereum. Deux cents œuvres venant de Pompéi et d’autres sites vésuviens seront ainsi présentées.




Découvrez La vie de Pompéi exhumée au Musée Maillol sur Culturebox !

site du musée Maillol et galerie d'images...

présentation sur Clio.fr


POMPEI - UN ART DE VIVRE du 21/09/2011 au 12/02/2012
Musée Maillol
61 rue de Grenelle
75007 PARIS

L'erreur est humaine


« Errare humanum est ! » Si vous voulez savoir l'origine de cette expression, cliquez ici.